Isabelle Battolla

Projet 2012  Dessin  Peinture  Sculpture Photographie Installation

Accueil   Biographie   Bibliographie   contact

 

Sculptures

 

Coquille vide, porcelaine de Limoges, 65x45x 50cm, 2009

 

 

Vue de l'exposition, Halle Nord, 2009

 

Vue de l'exposition, Halle Nord, 2009

 

 

Aile d’ange, porcelaine, 90x50x28cm, 2009

 

 

 

De mon rêve j’ai Sauté dans le tien. Marina Tsvétaïeva
 

Les porcelaines aquatiques d’Isabelle Battolla et l’océan de Siripoj Chamroenvidhya semblent issus de deux mêmes questions. L’une porte sur notre perception des textures : regardons-nous différemment une sculpture ou un dessin ? L’autre porte plutôt sur la nature du lien entre la perception et l’imaginaire.
 

Isabelle renforce la première question en posant ses sculptures à hauteur des yeux. Elle modifie ainsi nos habitudes de regard en nous poussant à regarder la sculpture comme nous regarderions un dessin, exprimant ainsi de manière inattendue ce qui unit ces deux oeuvres : le questionnement du medium, terre ou fusain, et surtout le questionnement des éléments et de leur transformation sous l’action du corps et sous l’action du feu. La terre répond à sa manière et le bois (fusain) à la sienne, nous donnant à palper du regard des textures très organiques. Ces textures parlent des éléments qui les ont formées : le velouté du fusain nous dit quelque chose du bois calciné qui a été pressé contre le papier, travaillé en douceur ou en force dans le processus du dessin ; la terre donne à sentir l’humanité des mains qui l’ont pétrie et lissée, cassée parfois. Les oeuvres de Siripoj et Isabelle nous parlent de nous à travers l’air, la terre, l’eau et le feu qui sont dans notre propre corps.
 

Les deux oeuvres rendent très visibles les accidents, le hasard, les résistances rencontrées par les éléments dans le processus de travail, et c’est leur plus grande force. Elles jouent aussi sur un rythme entre le blanc et le noir, éveillant une musicalité des couleurs enrichie par les variations de texture.
 

La figuration est présente mais elle est très discrète, parfois la simple ligne d’horizon, juste là pour donner un petit mouvement d’allant à l’imaginaire. L’inconscient agit par l’océan partout suggéré. S’éveille un monde où tout semble possible dans un espace sous-marin qui recèle l’inconnu.
 

Pas de réponses à nos questions dans ces oeuvres, elles ne nous enferment pas dans les visions de leurs auteurs. Mais une ouverture de nos propres questions, avec un enrichissement de l’imaginaire et des sensations qui nous permettent d’élargir notre pensée. Que voyons-nous vraiment ?
Les oeuvres de Siripoj et Isabelle sont si différentes et se parlent pourtant, se murmurent des secrets, résonnent l’une dans l’autre. Elles nous disent quelque chose de ce qui est vide et plein à la fois, du rapport entre terre et ciel, de ce qui est connu originairement et pourtant inconnu.
 

Marie-Dominique Kessler, août 2009