Philippe Deléglise

 

ECHOS DU CHAOS  1998-2007

URDLA, Villeurbanne 2007

 

 

Mes images occupent un espace clos suivant une procédure déterminée, ce dont aucune disposition formelle ne rend compte absolument: les positions sont relatives, les variations tendent à l’infini.

 

Le concept  oriente la composition: l’image occupe un espace dont la planche est le lieu inchoatif.

 

Lieu transitoire, espaces spécifiques.

 

La spécificité des techniques permet d’envisager de nouvelles matérialisations du concept.

 

Le bois, le burin, l’aquatinte, sont des techniques reliées au concept par la planche.

 

Le lien que j’établis avec les précurseurs de l’abstraction porte sur un engagement intime dans le processus de composition: la composition indique un projet vital.

 

Cet engagement s’en remet à une propriété singulière attribuée au plan-support de l’image. Ce dernier se manifeste à la foi comme réalité matérielle et comme abstraction bidimensionnelle ; une fois en tant que support physique de l’image et simultanément en tant que plan de projection. En ceci le plan-support révèle sa faculté de faire basculer l’image au-delà de son évidence première, vers une vision. Il est un lieu à part, source vive des images.

 

Toute nouvelle matrice porte l’espoir d’un horizon élargi.

                                                                                              Philippe Deléglise, avril 2007

 

 

IMPRESSIONS ,aquatintes 2002 ;

Roland Dahinden, trombonne, concert d’ouverture.

 

 

 

 

 

ECHOS, burins 2007 ; TRIADE, aquatintes 2007 ; IMPRESSIONS, aquatintes 2002 ;    

POUSSIERES,Tombeau de Chladni, aquatintes 2001.

 

 

 

 

 

N° 36, burins 1998; HOUEN-TOUEN, xylogravures 2007; GHAZAL, sérigraphies 1999.

 

 

 

RETOUR A VUES D'EXPOSITIONS